Votre nom :
Votre email :
Email du destinataire :

Dick Cheney craint que son implant cardiaque puisse être hacké

L‘ancien Vice Président des Etats-Unis préfère désactiver la fonction sans-fil de son défibrillateur cardiaque, de peur d’être assassiné par des pirates informatiques. Paranoïa ou précaution rationnelle ?

En 2007, l’Ancien Vice Président des USA sous Georges W. Bush se fait implanter un défibrillateur cardiaque, au cas où son cœur aurait besoin d’être assisté lors d’une défaillance. Comme la plupart de ces implants, celui de Dick Cheney possède un dispositif de communication sans-fil : il permet de transmettre ponctuellement des informations de fonctionnement aux personnels de santé, et dans l’autre sens, d’apporter des modifications logicielles à l’appareil en cas de mise à jour. Ce mode de communication sans-fil permet donc d’interagir avec l’implant, sans avoir à réaliser d’acte chirurgical. Pratique ! Mais potentiellement dangereux…

Les communications sans fil sont des communications à risque

En effet, comme tous les appareils qui utilisent les airs pour communiquer (Wi-Fi, Bluetooth, GPS, etc.), il est possible d’intercepter illégitimement les informations échangées, voire même de retourner le signal sans-fil contre son utilisateur. Comme par exemple, dans le cas d’un implant cardiaque, déclencher volontairement une défibrillation.

Piratage d’implants médicaux : des antécédents ?

Rien n’indique qu’au jourd’hui un tel « accident » soit survenu. Pourtant, en 2011 déjà, des chercheurs en sécurité informatique ont montré qu’il était possible de hacker des pacemakers ou des pompes à insuline, à l’insu total des patients.

La fiction peut également juger ce scénario crédible, comme par exemple dans la série Homeland (attention spoiler S02E11), l’un des protagonistes est assassiné par un terroriste qui a piraté la connexion sans-fil de son pacemaker.

Dick Cheney : paranoïa ou précaution rationnelle ?

A titre personnel, je ne serais pas très rassuré de porter un implant médical dont je sais que le signal sans-fil peut présenter des risques. Alors, Dick Cheney, étant donné son histoire politique, on peut comprendre qu’il craigne de sérieuses représailles ! Sa décision de désactiver le dispositif sans fil de son implant cardiaque n’est donc pas une idée farfelue…

Aujourd’hui, les communications sans fil des implants médicaux sont tout de même chiffrées, et donc sécurisées a minima (ce qui n’était pas le cas, ne serait-ce qu’il y a encore 5 ans). Le risque d’un piratage a distance existe néanmoins toujours, pour deux raisons :

  • La clé de chiffrement peut être crackée ou subtilisée.
  • L’émission d’un fort champ électromagnétique peut causer de sérieux dommages à l’implant.

Cela suppose toute de même une motivation importante, des moyens substantiels et des compétences avancées !

 

Source : bbc.co.uk
Image : Wikimedia Commons

TAGS hackerinformatiquesécurité

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Protection anti-spam

«C'est pas faux»

Dans le texte ci dessus, c'est pas quoi ?'

Votre réponse :

22/10/2013 19:06

[…] L'ancien Vice Président des États-Unis préfère désactiver la fonction sans-fil de son défibrillateur cardiaque. Paranoïa ou précaution rationnelle ?  […]