Votre nom :
Votre email :
Email du destinataire :

Pas de vie privée sur les messageries Microsoft, Apple, Google et Yahoo

La vie privée n'existe pas vraiment en matière de messagerie électronique

Les conditions générales d’utilisation (CGU) acceptées par les utilisateurs confient systématiquement le droit au fournisseur de venir fouiller dans les courriels privés stockés sur leurs serveurs. Vraiment ?

Les conditions d’utilisation que nous ne lisons jamais avant de les accepter regorgent de phrases alambiquées et de clauses plus ou moins intrusives : au besoin, les fournisseurs de messagerie (Microsoft, Apple, Google, Yahoo, etc.) les invoquent pour fouiller les échanges électroniques d’un utilisateur ciblé.

Espionnage industriel : Microsoft emploie la manière forte

En manque de reconnaissance, un architecte Microsoft a transmis en secret à un blogueur (français) des documents confidentiels relatifs aux prochains produits de Redmond. Pour débusquer cette taupe, Microsoft s’est alors introduit au mois de mars dans le compte Hotmail du blogueur, afin de remonter jusqu’au fauteur de troubles.

D’un point de vue juridique, les conditions d’utilisation du service de messagerie Hotmail (appartenant à Microsoft) autorise l’entreprise à de telles actions, sans recourir à quelque voie de justice que ce soit, au nom de la protection de la propriété.

Apple : une capacité d’intrusion assumée

Si l’on soupçonne que ces pratiques soient communes à tous les fournisseurs de messagerie, au moins chez Apple, c’est très clair : tout est écrit noir sur blanc dans les conditions générales d’iCloud :

Apple se réserve le droit de prendre les mesures qu’elle juge raisonnablement nécessaires ou appropriées pour faire appliquer et/ou vérifier le respect de tout ou partie du présent Contrat. Vous reconnaissez et acceptez qu’Apple peut, sans engager sa responsabilité à votre égard, accéder, utiliser, préserver et/ou divulguer les informations relatives à votre Compte et Contenu aux autorités, aux représentants du gouvernement et/ou à des tiers, si Apple l’estime raisonnablement nécessaire ou approprié, si la loi l’exige ou si nous avons de bonnes raisons de croire que cette accès, utilisation, divulgation ou préservation est raisonnablement nécessaire pour : (a) se conformer à la loi ou à toute demande d’une autorité ; (b) faire appliquer le présent Contrat, y compris enquêter sur toute violation potentielle du Contrat; (c) détecter, empêcher ou traiter des problèmes techniques, de sécurité ou de fraude ; ou (d) protéger les droits, la propriété ou la sécurité de Apple, ses utilisateurs, un tiers ou le public, si la loi l’exige ou l’autorise.

L’intrusion sur des comptes personnels : un sujet sensible

Après l’affaire Snowden, nous savons que les fournisseurs de services web ferment plus ou moins volontairement les yeux sur la surveillance intrusive orchestrée par la NSA. A l’heure où ils essaient de communiquer plus positivement sur le sujet (Google réaffirme que l’accès à sa messagerie est sécurisée à 100% en HTTPS, Microsoft prévoit de passer par des voies plus juridiques pour consulter un contenu privé, etc.), le sujet de la confidentialité des données des utilisateurs est un sujet très sensible.

D’ailleurs, lorsque le magazine Wired a souhaité demander à Microsoft, Google et Facebook à quelle fréquence les équipes internes consultaient les contenus privés de leurs utilisateurs, ou quels étaient les processus en place pour éviter tout risque d’abus, personne n’a jamais répondu…

Nous pouvons attendre beaucoup de choses de nos messageries électroniques gratuites. Mais surement pas l’assurance d’une parfaite confidentialité de nos informations.

 

Source: macg.co
Images: Flickr / 400ad / CC BY-SA 2.0

Suggestions de contenu lié à cet article
TAGS AppleGoogleinformations personnellesinternetMicrosoftvie privéeYahoo

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Protection anti-spam

«Noir et rouge»

Dans le texte ci dessus, quelle autre couleur se trouve sur le drapeau belge ?

Votre réponse :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.