Votre nom :
Votre email :
Email du destinataire :

Amateur de jeu vidéo cracké ? 90% de chance de télécharger un virus !

Si vous décidez de faire fi de la loi en téléchargeant gratuitement / illégalement des versions crackées de vos jeux vidéo préférés, sachez que vous risquez à 90% de télécharger un malware à votre insu (entre autres) !

On le sait, les français sont les champions du piratage de jeux vidéo. Or, selon une étude de l’éditeur d’antivirus AVG, environ 90% des patchs ou cracks de jeux vidéo disponibles en téléchargement direct ou en BitTorrent sont infectés par des malwares. Compte tenu de leur dangerosité potentielle (contrôle distant de l’ordinateur, vol d’informations personnelles, bancaires, logicielles, etc.), le coût du jeu vidéo peut s’avérer au final plus élevé que son prix de vente !

Concrètement, ces malwares sont souvent dissimulés dans les générateurs de clé (key generators), qui permettent d’activer frauduleusement un jeu, sans avoir à l’acheter en bonne et due forme. Ayant fait leurs preuves depuis des années, ces logiciels malveillants accompagnant les jeux vidéo crackés pullulent sur le web, sur les plateformes de direct download ou de peer-to-peer (eDonkey, Torrent). Par exemple, dans une expérience menée par AVG, une simple recherche portant sur le jeu Diablo 3 sur le meta-moteur de téléchargement direct FileCrop conduit à pas moins d’une quarantaine de téléchargements vérolés, rien que sur la première page de résultats !

Si votre antivirus est à jour et efficace, peut-être détectera-t-il la menace lors du téléchargement ou de l’exécution du crack. Ou peut-être pas !

Dans le doute, mieux vaut éviter ces téléchargements aussi frauduleux que dangereux. Si vous avez acheté un jeu légalement, sachez que les patchs sont toujours disponibles sur son site officiel. Certes, ils sont parfois payants… Pour votre sécurité, sachez qu’il existe de très bons jeux vidéos en free-to-play (ou freemium) : il s’agit de jeux téléchargeables gratuitement, avec lesquels il est possible de jouer sans débourser le moindre kopeck, ou si besoin d’acheter en ligne des items payants qui vous feront progresser plus vite. Auquel cas, le joueur peut ajuster son budget de « gamer » en fonction de ses ressources : 5, 10, 20, 100€, etc. Si le modèle des jeux free-to-play existe surtout pour PC, il devrait prochainement débarquer sur nos consoles de salon.


Sources : korben.info / mediacenter.avg.com
Image : Flickr / Idiolector / CC BY-NC-SA 2.0

Suggestions de contenu lié à cet article
TAGS informatiqueinternetmalwarepiratagesécuritétéléchargement

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Protection anti-spam

«1 + 1 = 1 (selon J-C Van Damme)»

Dans le texte ci dessus, quel est le résulat de 1 + 1 selon jcvd ?

Votre réponse :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

21/04/2013 20:09

[…] Si vous décidez de faire fi de la loi en téléchargeant gratuitement / illégalement des versions crackées de vos jeux vidéo préférés, sachez que vous risquez à 90% de télécharger un malware à votre insu (entre autres) !On le sait, les français sont les champions du piratage de jeux vidéo. Or, selon une étude de l'éditeur d'antivirus AVG, environ 90% des patchs ou cracks de jeux vidéo disponibles en téléchargement direct ou en BitTorrent sont infectés par des malwares. Compte tenu de leur dangerosité potentielle (contrôle distant de l'ordinateur, vol d'informations personnelles, bancaires, logicielles, etc.), le coût du jeu vidéo peut s'avérer au final plus élevé que son prix de vente !  […]