Votre nom :
Votre email :
Email du destinataire :

51% des internautes sont des robots !

Plus de la moitié du trafic web ne serait pas généré par des humains, mais par des robots spécialisés, qui poursuivent des objectifs variés. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux ?

Internet a été créé par les humains, pour les humains. Pourtant, une récente étude de Incapsula (société spécialisée en sécurité informatique) affirme que plus de la moitié (51%) du trafic des sites web serait le fait de web-robots qui arpentent la Toile à longueur de temps. De quoi relativiser les statistiques de fréquentation !

Répartition Humain / Robots des fréquentations web

Petite précision tout de même : l’objet de l’étude ne porte bien évidemment pas sur l’ensemble du web, mais sur un échantillon de 1000 sites Internet au trafic mensuel allant de 50 000 à 100 000 visiteurs… Cela donne des résultats à prendre avec des pincettes, mais qui fournissent une tendance intéressante à étudier.

Qui sont ces web-robots ? Que cherchent-ils ?

Il y a tout d’abord les web-robots inoffensifs, qui représentent 20% du trafic mondial : ce sont les « bots » missionnés par les moteurs de recherche, chargé de parcourir les sites pour mieux indexer les contenus.

On trouve ensuite plusieurs catégories de web-robots, moins aimables (31%), qui inondent le web rien que pour nous embêter. Ils sont généralement à la solde de cyber-méchants, plus ou moins dangereux selon les cas :

  • Les espions mercenaires (19%) : ce sont des robots spécialisés dans la recherche d’informations pouvant apporter un avantage compétitif à un concurrent-client. Parfaitement rodés aux techniques d’optimisation du web, ils surveillent et analysent des contenus sensibles indexés par mots-clés.
  • Les spammeurs (2%) : ils envahissent les commentaires de millions de sites et blogs en tout genre. Sous la forme de messages vantant le mérite du contenu proposé, ils font la publicité d’autres sites : cela améliore leur fréquentation, leur référencement, et donc leurs rentes publicitaires.
  • Les vautours (5%) : ils scrutent les informations qu’ils pourront subtiliser, pour les utiliser à des fins marchandes : contenus web, adresses mail, informations personnelles, documents confidentiels, etc.
  • Les guerriers (5%) : il s’agit de web-robots spécialisés dans le hacking. Ils utilisent des failles de sécurité pour voler des informations à haute valeur ajoutée (ex : données bancaires), infecter des serveurs (malwares), et détourner ou crasher des sites web. Ils sont très organisés, et peuvent être redoutables.

Identité des méchants web-robots

Et si c’était ces « bots » qui devenaient l’incarnation de Skynet ? Pas le FAI belge hein, juste l’intelligence artificielle à l’origine du jugement dernier dans Terminator !

 

Sources :
blogdumoderateur.com
Etude Incapsula

TAGS botnetcybercriminalitédonnées bancairesinformations confidentiellesinformations personnellesinternetmalwaresécurité

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Protection anti-spam

«Parapluie Paracétamol Parachute Paranalogie Parasite»

Dans le texte ci dessus, quel mot nous protège le plus des averses  ?

Votre réponse :