Votre nom :
Votre email :
Email du destinataire :

Augmenter la portée de son réseau WiFi : effets pervers sur la sécurité

Le Wi-Fi, c’est bien. En abuser ça craint ! Surtout lorsque l’on choisit d’augmenter la portée de son réseau : on s’expose alors à des risques plus importants de piratage.

Le Wi-Fi, c’est avant tout des informations numériques (souvent personnelles : identifiants, mots de passe, e-mails, etc.) que l’on fait voyager dans les airs, entre son ordinateur et sa box Internet (ou routeur). Le risque est alors de se faire intercepter ces données par des personnes mal intentionnées. D’où l’intérêt du chiffrement Wi-Fi (ex : WPA2), qui protège a minima la confidentialité de nos informations. A moins bien sûr que ce chiffrement soit trop faible (ex : WEP), partagé avec des personnes malhonnêtes ou protégé par un mot de passe facile à cracker (Les plus mauvais mots de passe de 2013. Les vôtres y sont ?).

L’autre caractéristique d’un réseau sans-fil, c’est que contrairement à un réseau filaire (Ethernet, RJ45), il déborde largement au-delà des murs d’un foyer : on peut donc théoriquement y accéder depuis l’extérieur du domicile. Ce qui est censé rester privé devient accessible depuis l’espace public, ou d’autres espaces privés. Cette problématique est d’ailleurs de plus en plus complexe au fur et à mesure que l’on essaie d’augmenter la portée de son réseau Wi-Fi. Mais pourquoi faire cela ?

Wi-Fi : le problème des zones blanches

En théorie, le Wi-Fi rayonne au sein d’un cercle délimitant sa portée, et au centre duquel se trouve la Box Internet (ou routeur WI-Fi). Dans la pratique, le signal sans-fil peut se répandre de manière inégale dans l’espace, à cause d’obstacles divers : meubles, murs, cloisons, vitres, etc. (Quels sont les matériaux les plus (im)perméables au Wi-Fi ?).

Par conséquent, si un logement est grand ou si la Box Internet n’est pas placée en son centre, un foyer peut comporter des zones blanches, c’est à dire des endroits, voire des pièces entières, dans lesquels le signal Wi-Fi ne parvient pas : impossible alors de connecter sans fil un ordinateur. Par exemple dans l’image ci-dessous, une partie du parking peut reçoit le signal sans fil, alors même que près d’un tiers de la maison est en zone blanche :

Le signal WiFi n'a comme frontière que sa propre portée...

Accroître la portée Wi-Fi ? Oui, mais…

Rares sont les Box Internet et les routeurs Wi-Fi qui permettent de personnaliser la portée d’un signal sans-fil, même s’il est parfois possible de mieux choisir le canal Wi-Fi (Une application Android pour analyser son réseau Wi-Fi), ou de modifier la bande de fréquence utilisée (de 5 GHz à 2,4 GHz par exemple : comment booster son débit Wi-Fi sur Freebox V6).

Quoiqu’il en soit, le fait d’augmenter la portée de son réseau Wi-Fi comporte un effet pervers important : un risque accru de se faire pirater sa connexion sans-fil. Dans l’image ci-dessous, les zones blanches à l’intérieur de la maison sont moins nombreuses, mais les pirates potentiels ont davantage de lieux propices à l’interception des communications sans fil :

  • Places de parking (Wardriving)
  • Rue / Route
  • Restaurant voisin
  • Entreprise voisine
  • Voisins du dessus / dessous

Une meilleure réception WiFi chez soi... Mais aussi dans tous les espaces publics et privés aux alentours !

Installer des relais Wi-Fi ? Oui, mais…

Pour éliminer les zones blanches, il est également possible d’installer chez soi des répéteurs Wi-Fi, qui relaient le signal sans-fil jusque dans les pièces les plus éloignées. Reliés entre eux en Ethernet ou en Wi-Fi, ces répéteurs accroissent encore plus la possibilité de se faire pirater sa connexion, notamment si on doit en installer deux ou trois.

Dans l’image ci-dessous, on voit que chaque signal possède une portée raisonnable, mais que leur agrégation dessine une zone de connexion très importante :

  • Places de parking (Wardriving)
  • Rue / Route
  • Parc
  • Restaurant voisin
  • Entreprise voisine
  • Voisins du dessus / dessous

Avec une telle zone de couverture, mieux vaut adopter un chiffrement WPA2 avec un mot de passe particulièrement robuste !

Les zones blanches sont-elles inéluctables ?

Avant de vouloir augmenter la surface couverte en Wi-Fi dans son logement, il faut d’abord essayer de positionner différemment sa Box Internet (ou son routeur), et voir si le réseau est plus accessible depuis les pièces éloignées :

  • Placer la Box Internet (ou le routeur) au centre du logement
  • Dans un endroit ni trop bas (sol), ni trop haut (sommet d’une grande étagère)
  • Dans un espace ouvert (et non enfermé dans un meuble)
  • Pas trop près de structures métalliques

Si cela n’est pas suffisant, jouer sur la taille du réseau peut en effet être une bonne option. Mais pas forcément en Wi-Fi :

  • Avec un long câble RJ45 si la connexion doit être opérationnelle temporairement
  • En créant un réseau Ethernet, ce qui suppose des travaux non-négligeables (soit en passant des câbles dans les murs, soit avec des goulottes apparentes)
  • En utilisant des prises CPL : les informations passent alors par les prises de courant. Les installations électriques trop anciennes supportent généralement mal ce dispositif.

En conclusion, chacun doit voir midi à sa porte : est-il préférable d’augmenter la portée de son réseau Wi-Fi en prenant le risque de se faire voler sa connexion et ses données personnelles ? Ou mieux vaut-il organiser son réseau différemment, voire accepter l’existence de quelques zones blanches, mais dormir sur ses deux oreilles ?

Pour Panoptinet, le choix est vite fait ! Dans tous les cas, que la portée d’un signal Wi-Fi soit restreinte ou importante, il est important de systématiquement adopter un chiffrement de type WPA2, protégé par un mot de passe très fort (Le mot de passe est mort, vive la phrase de passe !). Surveiller qui se connecte à son réseau (avec le logiciel Achiwa par exemple) peut également être un bon moyen pour surfer sans fil en toute quiétude !

Suggestions de contenu lié à cet article
TAGS chiffrementhackerinformations personnellespiratageréseausécuritéwardrivingWiFi

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Protection anti-spam

«2 + 2 = 5 (selon Radiohead)»

Dans le texte ci dessus, quel est le résultat de 2+2 selon radiohead ?

Votre réponse :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

18/02/2014 16:19

[…] Le Wi-Fi, c'est bien. En abuser ça craint ! Surtout lorsque l'on choisit d'augmenter la portée de son réseau : les hackers du coin n'attendent que ça !  […]

18/02/2014 19:11

[…] Le Wi-Fi, c'est bien. En abuser ça craint ! Surtout lorsque l'on choisit d'augmenter la portée de son réseau : on s'expose alors à des risques plus importants de piratage.Le Wi-Fi, c'est avant tout des informations numériques (souvent personnelles : identifiants, mots de passe, e-mails, etc.) que l'on fait voyager dans les airs, entre son ordinateur et sa box Internet (ou routeur). Le risque est alors de se faire intercepter ces données par des personnes mal intentionnées. D'où l'intérêt du chiffrement Wi-Fi (ex : WPA2), qui protège a minima la confidentialité de nos informations. A moins bien sûr que ce chiffrement soit trop faible (ex : WEP), partagé avec des personnes malhonnêtes ou protégé par un mot de passe facile à cracker (Les plus mauvais mots de passe de 2013. Les vôtres y sont ?).  […]